Monuments historiques

Le visiteur remarquera certainement le clocher caractéristique de l'église de Bertrange: aiguille svelte et élancée d'une hauteur de 57,64 m, emblème de la localité. L'église paroissiale gothique a été rénovée en 1980/81 à l'intérieur et en 1990 à l'extérieur. Le patrimoine architectural de Bertrange est constitué en outre par plusieurs châteaux remarquables et des fermes situées à l'extérieur de l'agglomération.

 

Château Schauwenburg

Les seigneurs de l'ancien château féodal ont contribué largement à la renommée de Bertrange: Henri de Bertrange a scellé la "lettre de liberté" d'Echternach (1226) et Rolling de Bertrange celle de Luxembourg (1243). Le château a été construit en plusieurs étapes, la partie donnant sur la rue au 18e siècle (Année 1710 inscrite à la façade principale) et les ailes est et nord au 16e siècle (fenêtres de l'époque de la Renaissance).

Vers 1780, la famille d'Huart s'est établie au château. Bientôt celui-ci s'est avéré trop vieux et trop étroit, d'où la décision de faire construire un nouveau château (actuellement Home de la Croix-Rouge). La "Schauwenburg" a changé de propriétaire à plusieurs reprises après la Révolution Française pour devenir propriété communale en 1951. Sa destination n'en a pas moins évolué: résidence domaniale, café-restaurant, mairie, logement des Soeurs de la Doctrine Chrétienne, bureaux des P & T, puis de la Gendarmerie, et enfin, salles de réunion et d'exposition dans l'intérêt de la vie culturelle locale et, à titre intermédiaire entre 2009 et 2011, pour redevenir "Mairie" pendant les travaux d'extension sur le site de la maison communale, 2 Beim Schlass.

 

Château de Colnet d'Huart

Le "nouveau château" a été construit vers 1785 par le baron Jacques-Philippe-Joseph d'Huart, pour être occupé ensuite par son fils Jean-François-Joseph, bourgmestre de la commune de Bertrange de 1805 à 1808, de 1817 à 1824 et de 1831 à 1837.

Après le décès de celui-ci en 1837, le domaine a été vendu à son beau-frère Victor-Thérèse-George de Chelaincourt, époux de Auguste-Elisabeth-Sophie d'Huart. Les nouveaux propriétaires ont adopté Alexandre de Colnet. Les privilèges qui ont été accordés à l'enfant adoptif ont valu à Alexandre de Colnet le deuxième nom de "d'Huart". Alexandre de Colnet d'Huart a fait parti du Gouvernement du Baron de Tornaco en 1869.

Après son retrait du poste de Directeur général des finances, il a été bourgmestre à Bertrange de 1885 à 1896. Le mariage de son fils héritier étant resté sans enfants, une première partie du château a été cédée en 1944 à la Croix-Rouge par acte de donation du sieur Jean-François de Colnet. La deuxième partie a été vendue à la Croix-Rouge Luxembourgeoise en 1948. A grands frais, la Croix-Rouge a fait rénover et adapter le château, devenu la Fondation de Colnet d'Huart, pour y abriter un home pour enfants à partir de 1948.

 

Château de Grevels

Le château de Grevels, situé non loin de la route de Longwy au lieu-dit "Gréiwelsbarrière", a été complètement détruit par le feu à l'occasion de la libération de Bertrange le 9 septembre 1944.

Les ruines ont été démolies en 1948. Mentionné pour la première fois en 1795, le domaine de Grevels a appartenu à M. Pastoret, un successeur de la Seigneurie de Dippach. Après bon nombre de changements de propriétaire, le château de Grevels a été acquis en 1858 par M. Charles München pour être transformé, agrandi et rénové. Détruit par le feu en 1884, puis reconstruit, vendu et revendu, le "château rouge" n'a plus été habité depuis le début de la Deuxième Guerre mondiale et a connu le sort mentionné ci-dessus.

 

Les fermes de Bertrange

Les fermes isolées, qu'on trouve un peu partout dans le pays, sont issues de cens héréditaires et ont servi à abriter et emmagasiner les produits de la dîme, dus par les agriculteurs au seigneur.

De ces métairies sont nées également les fermes de Bertrange, mentionnées en 1759 par le baron Joseph-Antoine de Schauwenburg, Seigneur de Bertrange, comme suit: "Lorens Scheuwer, Fineltz, Gravelholtz, Nidert et Boffort". Actuellement encore nous comptons sur le territoire de notre commune les mêmes fermes, à savoir:

 

LA FERME DE GREVELS

("rouden Haff") a appartenu au château de Grevels jusqu'en 1927, date à laquelle elle a été acquise par différents propriétaires pour être reprise par la famille CHRISTOPHORY en 1935.

 

 

 

LA FERME DE FINDELS

("Guddenshaff") figure au cadastre de 1824 sous le nom de François Huberty. Elle change à différentes reprises de propriétaire et est acquise en 1898 par la famille Gouden. Après un incendie ravageant les maisons d'habitation, étables, granges et forge en 1902, la ferme est offerte par donation à la famille FRIEDRICH.

 

LES FERMES DE LORENTZSCHEUER

("Alen an Neien Luerenzscheierhaff") sont situées en contre-bas de la ferme de Findels et de la route de Longwy. La ferme de Alt-Lorentzscheuer et celle de Neu-Lorentzscheuer sont liées au nom de famille de Muller. De nombreux changements de propriétaire sont intervenus; la ferme Alt-Lorentzscheuer n'est plus exploitée actuellement.

 

LA FERME DE BEAUFORT

("Boforterhaff") constitue actuellement l'exploitation agricole de la famille Mangen. Elle est située au point culminant de la commune de Bertrange, à savoir 351 m, à la limite communale de Dippach. Elle a appartenu en 1824 à M. Jean-François-Joseph D'Huart, puis elle a été exploitée comme forge en 1842 par M. Guillaume Pescatore. Dévastée par le feu en 1878, elle change de propriétaire à plusieurs reprises pour être acquise sur adjudication publique en 1950 par M. MANGEN de Berg (Betzdorf).

 

 

La stèle du souvenir

Le 9 septembre 1944 le premier soldat américain pénétrait sur territoire luxembourgeois et les troupes allemandes se repliaient aux abords de la ville de Luxembourg. Sur le territoire de la commune de Bertrange s’engageait le même jour un combat de choc entre la 5ième division blindée américaine et quelques chars allemands. Les Allemands ne voulaient pas céder et se défendaient avec acharnement. Mais la 5ième division blindée de l’armée américaine gagnait le combat et Bertrange était libéré. C’est dans cette optique que la stèle du souvenir a été érigée. Elle rappellera au passant le combat nécessaire pour la défense des droits à la liberté de l’homme.

 

Le monument aux morts

Ce monument en pierre évoque le souvenir des jeunes hommes de notre pays qui ont été forcés en septembre 1942 de se rendre sur le champ de bataille et celui des femmes, hommes et jeunes déportés. Le monument aux morts reprend les noms de tous ceux qui ont donné leur vie pour la patrie.

 

 

 

Sculpture Lube

Cette sculpture, réalisée en 2002 par l'artiste Bettina SCHOLL-SABBATINI, se trouve devant le "Butzenhaus", bâtiment regroupant les enfants de l'éducation précoce.

 

 

 

De Bartrenger Hunn

Traditionnellement la fin de la moisson a été fêtée à Bertrange par le « Hunnefest ». Le coq étant donc représentatif pour Bertrange, l’artiste Pierre RENARD a été chargé de réaliser sur la nouvelle place publique « Beim Schlass », près de l’immeuble « Beim Schlass », la sculpture d’un coq entouré de poules. Cette sculpture en bronze est inaugurée en septembre 2004. Dans le contexte de la construction de différents bâtiments, les responsables communaux ont donc persévéré dans leurs efforts pour un essor de la vie culturelle et artistique en faisant réaliser différents objets d’art.

 

Sculpture Nubia

Cette sculpture, realisée en 1986 par l'artiste Liliane HEIDELBERGER, a été installée au foyer du Centre Atert pour être déplacée en 2008, dans le cadre des travaux d'agrandissement du hall sportif, dans le Parc Helfent à proximité des Résidences Dr Sisy Lentz pour en faire partie intégrante.

 

 

 

Oeuvre d'art « Il suono di euterpe »

Cette oeuvre d'art, réalisée en 2005 par l'artiste Ivo BATOCCO, se trouve au Centre ArcA. Ivo Batocco, l'un des plus grands artistes italiens de la "peinture de citation", a été inviter à exalter, à sa façon, l'inauguration d'un "Palais de musique" à Bertrange, à travers un signe distinctif de son talent pictural. Il était certes difficile de "représenter" la musique, à savoir un art qui est en soi quelque chose d'impalpable qui incarne le sentiment à l'état pur, ou presque une harmonie qui ne se voit pas mais qui s'écoute. Batocco a résolu le proplème en faisant appel au symbole, il a donc décidé de résumer l'intangibilité de la musique à travers un ou plusieurs signes extraits de son répertoire alphabétique. Tout en restant fidèle à sa spécificité picturale, qui consite à manifester une forte sensibilité vis-à-vis des grands espaces, des champs larges, des grands formats, Iva Batocco a représenté le ciel sur une toile. C'est ce ciel-là, à la fois physique et empreint de spiritualité, que Batocco propose dans sa grande oeuvre picturale, à travers laquelle il illustre le sens de la musique sur les murs du palais musical de Bertrange.

 

Sculpture "Die Lebensspirale"

L'extension et le réaménagement du cimetière et du columbarium et l'aménagement d'une aire du souvenir, endroit où les cendres sont dispersées, a servi de cadre pour la mise en place d'une sculpture réalisée par l'artiste Marie-Josée KERSCHEN en 2008.

 

 

 

Oeuvre d'art de l'artiste Roland SCHAULS

au Centre Atert, inaugurée en 2010 dans le contexte de la rénovation et de l'agrandissement du hall sportif.

Sculpture "Croissance" de l'artiste Jhang MEIS

devant la nouvelle mairie, inaugurée en juillet 2011.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En le consultant, vous acceptez l'utilisation des cookies. OK En savoir plus